Deux ans de vacances by Jules Verne

By Jules Verne

Dans le Pacifique, un yacht, le Sloughi, est en perdition. A bord, quinze enfants de huit à quatorze ans. Pas un adulte avec eux ; le bateau a rompu mystérieusement ses amarres dans un port de los angeles Nouvelle-Zélande alors que les enfants s’apprêtaient à entreprendre une croisière, et que tout l’équipage se trouvait à terre. los angeles tempête précipite le Sloughi sur des écueils et les enfants, non sans peine, arrivent sur une île déserte. Les longues « vacances » commencent… Pour subsister, les enfants n’ont rien, que leur braveness : ils chassent, pêchent, inventent des pièges, dressent des animaux, cultivent. Hélas ! des rivalités divisent los angeles petite colonie, les caractères se heurtent, l. a. scission est accomplie quand de redoutables bandits abordent le rivage. Une lutte implacable s’engage : enfants contre hommes sans foi ni loi… De multiples aventures, l’intelligence et l. a. strength de caractère des jeunes héros font de Deux ans de vacances un beau roman, très attachant.

Show description

Read Online or Download Deux ans de vacances PDF

Best french books

Viandes et repas d enfants

Aujourd hui, tu as make a decision de cuisiner pour toi, tes copains ou bien encore pour tes mom and dad. Quelle bonne idee! Dans ce livret, nous te proposons de cuisiner les viandes de boucherie et te donnons 12 idees de recettes aussi simples a realiser que delicieuses a deguster. Elles te permettront d etonner ceux que tu auras invitations a les gouter.

Extra info for Deux ans de vacances

Example text

C’est ce que nous verrons ! répondit Doniphan. – Vous n’embarquerez pas ! répéta Briant, bien décidé à résister dans l’intérêt commun. La yole doit être réservée d’abord aux plus petits, s’il reste trop d’eau à mer basse pour que l’on puisse gagner la grève… – Laisse-nous tranquille ! s’écria Doniphan que la colère emportait. Je te le répète, Briant, ce n’est pas toi qui nous empêcheras de faire ce que nous voulons ! – 31 – – Et je te répète, s’écria Briant, que ce sera moi, Doniphan ! » Les deux jeunes garçons étaient prêts à s’élancer l’un sur l’autre.

Inutile d’ajouter quelle envie excitait ceux auxquels leur bonne fortune allait permettre de prendre passage à bord du yacht Sloughi, qui se préparait à visiter les côtes de la Nouvelle-Zélande dans une promenade de circumnavigation. Ce joli schooner, frété par les parents des élèves, avait été disposé pour une campagne de six semaines. Il appartenait au père de l’un d’eux, M. William H. Garnett, ancien capitaine de la marine marchande, en qui l’on pouvait avoir toute confiance. Une souscription, répartie entre les diverses familles, devait couvrir les frais du voyage, qui s’effectuerait dans les meilleures conditions de sécurité et de confort.

Le premier, Jenkins, est fils du directeur de la Société des Sciences, la « New-Zealand-Royal-Society » ; l’autre, Iverson, est fils du pasteur de l’église métropolitaine de Saint-Paul. S’ils ne sont encore que dans la troisième et la deuxième division, on les cite parmi les bons élèves du pensionnat. Viennent ensuite deux enfants, Dole, huit ans et demi, et Costar, huit ans, tous deux fils d’officiers de l’armée anglozélandaise, qui habitent la petite ville d’Ouchunga, à six milles d’Auckland, sur le littoral du port de Manukau.

Download PDF sample

Rated 4.69 of 5 – based on 30 votes